Introductions et confessions-Forum Masturbateur Onania

Post par flogginfool » Mon Jul 13, 2014 12:47 pm

À presque 71 ans, j’ai conclu que je ne pouvais pas être classé sexuellement. Pendant de nombreuses années, j’ai accepté comme vraies les désignations sexuelles courantes utilisées pour décrire les comportements des personnes qui satisfaisaient leurs besoins physiques d’une manière qui sortait de la norme (quoi que ce soit). J’avais peur à mort d’être un « homo » parce que j’étais attiré par la vue de la bite d’un autre homme, en érection ou non. J’ai commencé par regarder d’autres garçons quand nous étions nus lors d’événements socialement acceptés. Comme nager dans une piscine sans malles. Les adultes en charge ont dit que les troncs pouvaient ruiner l’eau à cause du chlore. J’ai toujours soupçonné que les adultes aimaient juste voir les pénis (parfois en érection) de nous, les jeunes hommes. Je sais que je l’ai fait. Vers l’âge de 5 ans, j’ai eu ma première expérience sexuelle avec une autre personne (que je connais), j’ai toujours eu le sentiment d’avoir été abusé par un homme plus âgé ou même une femme très tôt dans la vie. La vue, la sensation, l’odeur, le goût du pénis d’un autre jeune garçon ainsi que la chatte d’une fille me fascinaient à la distraction. Finalement, je me suis engagé dans des jeux sexuels avec certains de mes amis masculins. Nous nous mettions nus aux moments appropriés (quand aucun adulte n’était présent). Au début, c’était juste se toucher les pénis. Puis gradué à la masturbation mutuelle pendant que nous nous regardions. Ensuite, j’ai touché le pénis de mon plus petit ami. Il était anormalement petit pour son âge car il souffrait d’un diabète juvénile qui ralentissait un peu sa maturation. Son pénis n’avait que deux pouces de long en érection. Mais, c’est devenu difficile et je peux le sentir dans ma bouche jusqu’à ce jour. J’ai finalement coincé ma bite plutôt normale dans son trou du cul. C’était serré et ça sentait le funky mais c’était le seul trou de chair disponible à l’époque. C’était incroyablement excitant de le lui enfoncer pendant que son frère aîné regardait et branlait sa bite. Je suis passé à mon cousin qui a mûri tôt (10). Il avait une énorme bite (pour moi), tandis que la mienne mesurait environ 4″, de forme tubulaire avec une tête pointue mais arrondie.Mais le sien était un 7  » largement plat et dur avec un bouton émoussé et épais.

J’ai dû ouvrir largement pour entrer dans ma bouche. Tu suces le mien et je sucerai le tien ou alors il a dit. Bien sûr, comme on pouvait s’y attendre, il n’a pas sucé le mien. Je crois que je me suis arrêté avant qu’il vienne. Je ne me souviens pas du goût de son sperme, mais il était blanc et épais quand il a jailli sur moi et lui. Je n’arrivais toujours pas à éjaculer. Dès l’âge de huit ans, je me masturbais tous les jours au moins une fois mais généralement quatre ou cinq fois par jour. Comme j’étais incapable de produire du sperme à ce stade de développement, j’ai appris que si je m’asseyais sous la douche et que je laissais l’eau tomber en un jet puissant sur ma petite bite dressée, je pouvais avoir des orgasmes multiples comme une femme ou une fille vraiment excitée. Lorsque ma première charge est sortie, j’étais ravi de la vue. J’étais maintenant un homme. Mais à mon grand dam éternel, je n’étais plus capable d’orgasmes continus. C’est à ce moment-là que j’ai découvert par moi-même la joie de la bordure et du gooning. J’ai pratiqué cet art depuis. Je me branle toujours à chaque occasion disponible en regardant du porno de toutes sortes. Parce que ma femme n’est pas aussi sexuellement active que moi, cela me permet de satisfaire mon besoin masturbatoire autant que je le souhaite. Elle est consciente de mon besoin de libération car je l’ai informée au début de notre mariage de mon besoin de jouir fréquemment. On n’en parle pas mais je sais qu’elle comprend ce que c’est pour moi. BTW elle donne une bonne tête et aime ma bite, c’est juste la façon naturelle pour les femmes de perdre un peu de désir à son âge. Maintenant, j’ai parcouru la boucle dans mon besoin de satisfaction. Je veux sucer une bite comme celle de mon cousin ou l’une de la plupart des tailles. La taille n’est vraiment pas un gros problème pour moi. En fait, je préférerais peut-être un plus petit. Je fantasme de faire cela ainsi que la masturbation mutuelle. Mais voilà, je ne suis pas gay. Je ne ressens jamais le désir d’embrasser un autre homme. En fait, l’idée m’éteint complètement. Je ne veux plus baiser le trou du cul d’un homme, mais je désire désespérément la sensation de sperme qui jaillit dans ma bouche d’une bite rigide que j’ai habilement taquinée en éruption. Dieu s’il te plaît, ne me fais pas attendre plus longtemps car je ne rajeunis pas. Si vous êtes un homme « hétéro » avec un fort besoin d’avoir votre bite satisfaite comme jamais auparavant, nous devrions en parler.

Source: (22) Introductions et confessions-Forum Masturbateur Onania